top of page

RECITS TRANSGENERATIONNELS


Chers adhérents, chers amis, Comme nous vous l'avions indiqué lors de notre dernière rencontre, nous avons le plaisir de recevoir deux auteurs qui nous présenteront leur livre lors d'une soirée sur zoom qui se déroulera le lundi 26 juin prochain à 19 heures. Laure Mestre pour "Jeanne l'Alsacienne" récit transgénérationnel et Muriel Pactat pour son roman "1785, nostalgie d'exilés corses". Nous sommes heureuses de vous inviter à participer à cette présentation pendant laquelle nous verrons que dans la littérature, le transgénérationnel peut être présent sous forme de récit familial et de fiction.

Le lien zoom est le suivant : https://us02web.zoom.us/j/89376736837?pwd=Vk1EREJEZUdzSngzT0Z4dzVxeC9GQT09 Voici une présentation des auteurs et un résumé de leur ouvrage : Laure Mestre est diplômée en histoire du droit, de l'économie et de la société. Elle a fondé une agence de conseil en architecture intérieure et rédige depuis plus de dix ans le blog de décoration À tous les étages. Laure a élaboré et coanime le blog Généalogie Alsace. Grâce à Jeanne l'Alsacienne, elle se passionne désormais pour la psychogénéalogie. Résumé de Jeanne l'Alsacienne : « L'Alsace est opulence : fleurs en guirlandes aux balcons, lumière dorée sur les grappes sucrées, friandises à la cannelle, Noël toute l'année. Mais l'Alsace est une blessure insondable, une guerre fratricide, un élan lancinant qui me fend la poitrine. En moi, elle a laissé son empreinte. J'en viens, j'en suis, je ne peux lutter. L'Alsace me hante, me ronge et me réjouit à la fois. Je voudrais savoir pourquoi, je voudrais comprendre, chercher mes racines, puiser à la source. La mère de la mère de ma mère était alsacienne. Elle s'appelait Jeanne. » L'Histoire de Jeanne, née allemande en 1880, dévoile celle de l'Alsace tiraillée entre deux pays, celle d'une famille héritière de la source pétillante de Soultzmatt, celle des blessures et des secrets qui éclaboussent la descendance. Une enquête généalogique sur sept générations, de mères en filles : une quête de vérité, un retour aux sources, une invitation à découvrir que chacun porte en soi l'élan pour surmonter ses faiblesses. Muriel Pactat écrit des romans depuis l'âge de 9 ans, tout comme sa mère et sa nièce. Sa formation personnelle l'a prédisposée à se tourner vers la psychologie et plus tard à se former au transgénérationnel. Muriel, spécialiste en ressources humaines, a co-créé un organisme de formation dans la Drôme (Habilis), a exercé le métier de pédagogue et géré une équipe de formateurs en France et en Suisse. Elle a écrit une quinzaine de romans mettant en scène une saga familiale, puis des intrigues policières. Son douzième roman aborde le thème des NDE et met l'accent sur le destin tourmenté des enfants de remplacement. En 2021, Muriel se lance dans l’écriture de deux romans qui s’appuient sur les événements du XVIII e siècle (Révolution et Terreur) pour montrer l’impact des traumatismes vécus par un ancêtre sur les générations suivantes. Ses études chez Généapsy lui donnent alors la matière nécessaire pour élaborer ce projet lui demandant énormément de recherches. Son but étant de montrer le travail passionnant de l’analyste transgénérationnel afin de symboliser la souffrance d’un aïeul victime d’une injustice militaire, elle a mis en scène deux générations de Corses malmenées par l’exclusion et les deuils gelés. C’est à l’issue de l’écriture des deux tomes qu’elle a découvert être le porte-plume de ses propres ancêtres partis en Asie au moment de deux guerres.Cette prise de conscience lui a permis de revoir ses écrits et de constater avec surprise que son inconscient lui avait délivré des informations familiales qu'elle ignorait en les mettant en scène à travers ses différents romans. Muriel est également responsable de la Maison d'éditions Le Cygne d'O Éditions depuis 2018. Résumé de "1785, les exilés corses" : Padova et Adrianu Aiacciu, accompagnés de leurs enfants, sont contraints de quitter la Corse et de venir s’installer à côté de Valence. Adrianu, militaire de carrière, va intégrer la Fère-Artillerie, en novembre 1785 et il y rencontrera Napoleone Buonaparte, lui-même tout juste arrivé de l’école militaire de Paris. Intégrés dans les cercles valentinois, la famille d’Adrianu et le jeune homme corse vont se croiser, heureux d’échanger leurs impressions sur leur terre d’où ils se sentent exilés (la Corse est devenue française en 1768) en cette période pré-révolutionnaire. Les événements douloureux que les protagonistes vont traverser auront des répercussions sur leur lignée. En 2018, les descendants directs des Aiacciu, Nicolas et Hélia, subissent encore le contrecoup des mensonges et des secrets, ayant entouré la période de la Terreur, semant la violence en France. Que révèlent les problèmes d’identité de Nicolas de sa lointaine branche paternelle, qui le conduisent à revisiter le lourd passé familial ? Nous vous attendons nombreux à cette soirée littérature. Alors, vite à votre planning ! Bien à vous Le bureau

246 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page